ARRI

August ARNOLD et Robert RICHTER créent en 1917 la société ARRI,

association des deux premières lettres de leurs noms.

Format 35 mm

En 1924, ils fabriquent une caméra de forme ronde destinée aux reporters, la "Kinarri"

(c) Westlicht Photographica Auction

La caméra Arriflex 35 est présentée pour la première fois au public à la foire de Leipzig

en 1937.   Il s'agit d'une caméra portative présentant la particularité d'avoir le moteur électrique

d'entraînement placé  dans le manche support.  Le moteur fonctionne soit sous 12, 24 ou 120 volts. 

Une tourelle reçoit 3 objectifs. Le magasin est d'une contenance de 60 mètres film standard. 

L'appareil a une loupe pour la visée directe sur la pellicule.  Le poids est de 3800 grammes (La Cinématographie

française mai-août 1937).    Pendant la seconde guerre mondiale, les cameramen appartenant aux unités

de propagande vont l'utiliser pour filmer les scènes d'action et batailles.  L'Arri 35 II apparaît en 1946.

 

 


Caméra 35 mm Arri II C avec son blimp


 

Caméra 35 BL auto-blimpée (à partir de 1972)

 


L'Arriflex 35 BL pèse 10,4 kg chargée avec 120 m de film.  Elle accepte des magasins de 120 m à 300 m.

Le niveau sonore atteint 39 db à un mètre de l'axe d'objectif.  Le silence mécanique de la  caméra est atteint

grâce à un montage "flottant" de la platine interne du mécanisme et  un système d'avance à griffe et contre-griffe

caractérisé par une structure symétrique    (Cinéma pratique n° 103 - 104  p. 250 et 251)

En 1964, Arri propose une caméra Arriflex 35 CII spécialement adaptée pour l'industrie médicale.  Elle est suivie

en 1970 par l'Arritechno, la seule caméra à rayons x pouvant atteindre  150 images par seconde.   Elle pèse 7 kg. 

Obturateur  ouvert à 172°.  Double griffe et double contre-griffe.  Capacité de 60 m ou 90 m. Celle-ci sera

utilisée principalement pour détecter les malformations cardiaques.  13000 exemplaires seront produits.

Format 16 mm

 

A partir de 1951, la firme ARRI produit la caméra Arriflex 16 ST.  Il s'agit alors de la

première caméra 16 mm réflex réservée aux professionnels.  L'entraînement du film était assuré

par un moteur électrique alimenté par batterie.  Jugée insuffisante dans la majorité des cas, la bobine 30 m était

remplacée par un magasin de grande capacité de 120 m.  


Ce blimp spécial contenant la caméra Arriflex porte le poids de l'ensemble insonore à 33,5 kg, avec le chargeur

de 120 m.  Equipé d'un moteur synchrone pour le travail en studio , cette caméra pouvait également s'accoupler

avec un magnétophone à bande lisse entraîné par ressort. (Le cinéma chez soi, n ° 29 p. 135)

Caméra Arriflex 16 m, équipée d'un magasin en forme ronde relativement rare, d'une capacité de 1200 m


 

Caméra Arriflex 16 SR  Avec cette caméra, le niveau sonore atteint 30 db à 1 m de l'axe de l'objectif.  Cet appareil est léger

(il pèse 4,5 kg) et peut recevoir des magasins de 120 ou 60 m.  Il propose une cellule photorésistante de 16 à 500 ASA,

avec une correction de +/- 2 diaphragmes, et la présélection automatique avec un zoom Zeiss Vario Sonar f. 2,8 de 10 à 100 mm ou une focale fixe Zeiss Distagon f. 2 de 5,9 mm.  Son moteur est régulé par quartz à 24 ou 25 im./s, par commutateur et un voyant lumineux signale dans la visée toute désynchronisation accidentelle.  Le viseur pivotant, dans l'axe de la caméra, comporte une compensation du redressement de l'image par des prismes à cardan; de ce fait, l'appareil peut reposer indifféremment sur l'épaule droite ou gauche de l'opérateur ou, aussi bien, se tenir à mi-corps (Cinéma pratique n° 119 p. 213)

Insonorisée par construction l'Arriflex 16 BL est similaire au modèle précédent 16 M

du point du optique et mécanique, mais elle possède un magasin également insonorisé, bien que

l'emploi des magasins classiques reste possible (Le cinéma amateur, n° 58 p. 63)