PENTACON

Format 35 mm

Caméra Pentazet 35  Cette caméra à haute vitesse apparaît en 1957.  Elle permet d'enregistrer 40000

images par seconde.  Elle pèse 300 kg avec ses caisses de transport.  Elle sera produite jusqu'en 1968

Format 16 mm


En ce qui concerne les caméras 16 mm, on se trouve en présence de deux catégories.  Dans la première, on peut ranger Beaulieu, Bell & Howell, Eumig C 16, Kodak K 100, Paillard H 16 et Webo.  Ces caméras permettent éventuellement les prises de vue sans pied.  Elles comportent tous les perfectionnements que peut exiger un opérateur averti : vitesse variable de 8 à 64 images/seconde, image par image, pose, marche arrière, obturateur variable, visée reflex, fondu automatique.  Entraînées par un moteur mécanique, elles acceptent aussi (certaines d'entre elles) un moteur électrique.

 

La deuxième catégorie groupe des caméras plus importantes, destinées aux utilisateurs professionnels, à la fois par leur spécification et leur prix.  Ce sont notamment Arriflex, Auricon, Bell et Howell 70 SR, Mitchell, Kodak Special Reflex, et cette caméra Pentaflex.  (science et vie - Numéro hors-série - Photo cine n° 66).  Avec cette caméra, le système de visée à angle droit est remplacé par un système plus simple et moins volumineux. Un nouvelle tourelle à trois objectifs en assure le couplage avec le diaphragme de telle sorte que  lorsque l'on change de focale, en cours de travail, on reste automatiquement à la même ouverture.  Celle-ci dispose aussi  d'accessoires tels que moteurs et chargeurs spéciaux avec inscription d'une base de temps, intermédiaire pour la prise de vue image  par image commandée manuellement ou par chronorupteur et synchronisée ou non ave c flash électronique (Le cinéma pratique, n° 38 p. 34)

Format 8 mm

Pentacon AK 8  Il s'agit d'une version simplifiée de la caméra Pentaka 8. 

Cette caméra pouvait recevoir une cellule électrique additionnelle non couplée : Abefot.



Avec quatre fréquences de prise de vue (8, 16, 24 et 48 expositions par seconde) et commande pour images individuelles,

les objectifs échangeables et la compensation de parallaxe, le souhait de nombreux amateurs du film étroit pouvait être réalisé  avec cette caméra Pentaka 8.   Avec cet appareil, les possibilités du film étaient largement étendues en comparaison de la caméra AK 8 plus simple.  Outre les expositions d'accélération connues il était aisé de faire des prises de vue de ralentisseur jusqu' un ralenti triple.  L'objectif type standard permettait d'exécuter des prises de vue rapprochées jusqu'à

une distance de 25 cm sans lentilles additionnelles.  Quand il y avait une fréquence de prises de vue de 16 prises par seconde, le temps de marche était à peu près de 30 secondes.  Pour la fabrication de films truqués et de suppression on livrait pour la Pentaka 8 un compendium.  Avec les masques on pouvait obtenir différents effets, par exemple trou de la serrure, coup d'œil de jumelles ou de télescope.

Format super 8

Pentaflex 8 mm.  Il s'agit d'une caméra reflex à exposition automatique et optique interchangeable.  En 1961, elle est la seule au monde dans le format 8 mm à posséder à la fois les avantages du système de visée reflex pour pales miroir, jusqu'ici réservé aux caméras professionnelles les plus perfectionnées et du magasin à pellicule interchangeable, qui permet de changer d'émulsion en cours de prise de vues et en plein jour.  Ces chargeurs sont équipés avec les bobines 2 x 8 mm 7,50 standard.

Cette forme d'utilisation, outre son intérêt pratique, permet de réaliser une appréciable économie sur le prix de la pellicule.  L'amorce de chargement étant réduite au minimum, on arrive ainsi à économiser 1 film sur 5.  Cette caméra est munie d'un objectif interchangeable Flektogon f.2 de 12,5 mm, à mise au point de l'infini à 0,13 m.  Le viseur reflex à miroir rotatif agrandit l'image environ 30 fois.