ZEISS IKON

Format 16 mm

La Movikon 16 mm, vers 1935, est une des caméras allemandes la plus perfectionnée d'avant guerre.  Prévue pour

bobine de 30 mètres, elle dispose d'un obturateur variable ainsi que de vitesses variables de 12 à 62 images seconde. 

Objectif interchangeable Sonnar ouvrant à I : 1,4 de 25 mm. sur monture baïonnette rapide.  Télémètre couplé,

réglage de netteté sur le film.  Indicateur dans le viseur du remontage du ressort.  Dispositif à retardement pour

se filmer soi-même, viseur d'angle (Histoire de la caméra ciné amateur - Michel  Auer  Michèle Ory)

Zeiss Ikon Movikon K 16   (1938)  Cet appareil est conçu pour utiliser des cassettes Kodak contenant 15 mètres

de film (d'où son appellation K 16).  6 mètres de film peuvent être exposés en une fois.  La caméra peut recevoir

des objectifs interchangeables.  A la vente, elle était proposée avec un objectif Zeiss Tessar 1 : 2,7 f 20 mm.  

Format 8 mm

 

 

 

          Caméra Movikon K 8.  Cet appareil est proposé en 1939 avec un

          objectif interchangeable  Sonnar de 10 mm de focale ouvrant à f I : 2. 

          Elle permet des vues aux cadences de 8, 16 et 24 images par seconde.  

          Vision du remontage du ressort et avertissement optique à la fin du   

          film.  (Histoire de la caméra amateur - Michel Auer - Michèle Ory)

La Movikon 8 est présentée à la Photokina de 1952.  Cette caméra présente la particularité d'être construite en largeur

(les axes des bobines sont parallèles à celui de l'objectif), le film décrivant deux jolies petites boucles dans le boîtier pour

venir défiler verticalement devant la fenêtre-image.   Bénéfice : un boîtier beaucoup mieux en mains que les caméras traditionnelles en hauteur, pas faciles à tenir fermement.  La nouvelle Movikon dispose d'un objectif non interchangeable

1,9 de 10 mm qui met au point jusqu'à 20 centimètres, et d'un obturateur à vitesse unique.  Originale, magnifiquement

finie cette Movikon rencontre un vif succès (Caméras légendaires par Patrice-Hervé Pont - Foto Saga)

En 1959, celle-ci réapparaît dotée de nombreux perfectionnements.  La nouvelle Movikon 8 B est ainsi équipée

d'un posemètre incorporé couplé avec le diaphragme de l'objectif, de 6 vitesses (de 8 à 64 images - secondes)

et du système vue par vue.  Grâce à son objectif de courte focale Zeiss Tessar 1 : 1,9/10, l'image est toujours

nette dans les conditions habituelles de la prise de vue, la profondeur de champ, à plus grande ouverture,

va de 2 mètres à l'infini : à la plus petite ouverture, de 40 cm à l'infini.  Un objectif ne peut suffire dans certains cas,

comme par exemple dans une pièce trop petite, ou au contraire, en extérieur lorsque certains objets n'acquièrent leur

pleine puissance d'expression que pris au téléobjectif.  Pour ce genre de prise de vue, la nouvelle caméra Movikon 8 B

dispose des objectifs additionnels "Movogonar" et "Movitelar", déjà conçus pour l'ancienne Movikon "en largeur".  Ils sont maintenant livrés avec monture à baïonnette pour le nouveau modèle (Le cinéma chez soi n° 25 p 238)

Zeiss proposera également une caméra plus bas de gamme, la Movinette  



Encouragé par les belles ventes des Movikon, Zeiss décide ensuite de lancer la Moviflex Super.  Celle-ci bénéficie

d'un emballage comportant seize balles creuses en plastique dont l'efficacité garantit, assure-t-on, une chute sans

dommage à cette caméra tombant de 3 mètres de haut sur un  sol en ciment (Le Cinéma pratique n° 53 page 170) 

Cet appareil a tout :   Zoom Vario-Sonnar f.1,9 de 7,5 à 30 mm (12 lentilles), commandé par moteur indépendant. 

Prisme de visée reflex en avant du diaphragme.  Cellule photo-résistance couplée et débrayable pour films de 5 à

650 ASA.  Limitation du champ de la cellule pour effet de contre-jour.  Moteur électrique 16 im./s et image par image, alimenté par 2 piles 1,5 V.   48 im./s avec 3 piles annexes.  Alimentation secteur ou batterie possible.  Régulateur 8-12 ou 24-32 im./s sur demande.  Signal lumineux pour lumière insuffisante ou épuisement de pellicule (Le cinéma pratique - n° 46 p. 111) 

Format super 8

En 1966, Zeiss propose une Moviflex Super 8 automatique à diodes, de lignes très nettes,

qui sera bientôt déclinée, vers le bas en ES8, et vers le haut en MS 8 et GS 8.