COURVOISIER


Lorsque la première guerre mondiale éclate, Noël Courvoisier  s’engage dans la légion étrangère, où le dynamisme

de sa personnalité se révèle.  Une fois démobilisé, il se lance dans les affaires, dans des domaines aussi variés que la récupération de matériaux, la fabrication de matelas, de capsules pour bouteilles d’eau, de phares automobiles et

bien sûr de cinématographes.  Courvoisier investit en rachetant des brevets d’inventions de tous ordres, et se

porte ainsi acquéreur d’un brevet pour un appareil à plaques qu’il baptise "Le Seul" et dont il entreprend la fabrication

dans ses ateliers, situés 129, rue Oberkampf à Paris.  Celui-ci  se vendant assez mal, Courvoisier en abandonna  rapidement

 la production pour se lancer dans de nouvelles aventures plus rentables (cinématographes.free.fr)

Plaque 9 x 12



antiq-photo.com

Cet appareil réversible prenait une cinquantaine de vues en cercle sur une plaque 9 x 12.  

  Il  permettait  d'obtenir seulement deux à trois secondes de projection.  

Deux versions étaient proposées : l'une en bois et l'autre recouverte de cuir