ERCSAM

Format 8 mm

En 1930, Robert MASCRE possède un magasin de détail et y a considérablement développé un service de location de films 9,5 mm qui fait augmenter la vente de projecteurs.  En 1936, une hausse appréciable frappe les appareils étrangers, ce qui l'incite à construire, dès l'année suivante, le projecteur "Senior".  L'occupation jette son interdit sur la fabrication et la vente du matériel cinématographique, mais ne l'empêche pas d'étudier clandestinement quelques nouveaux types d'appareils, dont la Camex qui sort en série, pour le 9,5  dès 1946.  L'extension du 8 mm le conduit à concevoir une version en ce format à partir de 1950.  La Camex-Reflex est présentée à la Biennale de 1955.  Elle rencontre auprès des cinéastes l'accueil qu'il escomptait : il s'agit de la première au monde à offrir les ressources de la visée reflex en 8 mm (Le cinéma pratique, n°46 pages 124 et 125).

Cet appareil dispose d'un miroir mobile fixe sur l'obturateur renvoyant les rayons

de l'objectif sur un prisme combiné à trois surfaces réfléchissantes traitées.   Il n'y a dès lors

plus de correction parallaxe, même pour des prises de vues à quelques centimètres, plus d'erreur

de visée, l'image étant captée par l'objectif lui-même. Cet appareil va conserver cette position

d'avant-garde avec une version perfectionnée, en 1960, la "Cellule-Reflex