ELMO


La firme Elmo fondée par M. Sakaki vers les années 20 durant une période de  balbutiements

pour le cinéma japonais, est une firme surtout connue  pour son matériel audio-visuel, mais

qui a également fait preuve d'un flair étonnant avec ses caméras légères pour le petit format

Format 8 mm


La première caméra 8 mm est fabriquée par Elmo en 1937.  La Cine Elmo 8 - AA,

très inspirée des Bell & Howell Filmo 70, apparaît en 1955


L'Elmo 8 - TL  comporte un magasin amovible, à chargement automatique, pouvant contenir 30 m de pellicule double 8. 

Cette caméra à visée reflex existe en trois versions selon les caractéristiques de l'objectif zoom qui l'équipe.  

C'est  d'autre part, la première caméra à moteur électrique incorporé permettant le ralenti de 64 im./s .

  Grâce à un  dispositif synchroniseur, l'appareil permet  également de filmer  les images télévisées. 

Format double 8 - super 8 - single 8 - double super 8


La caméra Elmo C 300 apporte une solution sans réplique aux hésitants  : le corps mécanique de cet appareil s'accouple

en effet  à quatre sortes de dos respectivement conçus pour le double 8, le Super 8, le Single 8 et le Double Super 8.  L'entraînement meut au choix, une griffe aux normes du 8 standard ou du Super 8, la mise en place du dos sélectionné escamotant, par pression sur des picots, la griffe inutilisée.  L'objectif zoom peut être commandé électriquement ou à la main. La marche AR peut être utilisée en 8 mm et en double Super 8.  La caméra se caractérise également par un viseur reflex à mise au point télémétrique et par un diaphragme automatique situé derrière l'objectif

Format super 8

 

De dimensions réduites ( 95 x 58 x 163 mm), la caméra Elmo 103 T est l'une des représentantes de la tendance à la miniaturisation apparue avec les Microflex 100 et 200 d'Agfa ou la Nizo S 30, entre autres.  Nous y trouvons les caractéristiques de base, indispensables au confort de celui qui la tient : en l'occurrence une focale variable, une visée réflexe et une cellule automatiquement couplée au diaphragme.  Comme la plupart des caméras Super 8 à chargeur Kodak, et du fait de la position du chargeur, celle-ci présent une silhouette horizontale allongée.  La forme carrée du chargeur instamatic favorise le regroupement vers l'avant des divers organes optiques, électriques et mécaniques, laissant de la place pour les boutons de commandes et les cadrans, sur les parois latérales, l'engagement du chargeur se faisant naturellement par la partie arrière.  Sous une présentation en deux tons - anodisé argent et vermiculé noir - devenue courante, la 103 T est bâtie autour d'un cadre métallique servant d'armature aux organes essentiels; les parois latérales sont en plastique antichoc moulé.    Elle est équipée d'un objectif  f. 1,8 de 9,5 à 30 mm, avec  mise  point à partir de 1 m.  La version 103 T comporte la possibilité de  surimpression à l'aide d'un miroir escamotable dégageant  une fenêtre latérale de renvoi par prisme vers le couloir d'exposition (Cinéma pratique, n° 105 p. 15, n° 108-109 p. 155)  Photo :   www.super8shop.de

 

Le public est ainsi fait qu'il recherche, sur un appareil photo ou une caméra, certaines possibilité qu'il n'utilisera jamais, ou dont l'emploi le lassera dès qu'il en aura fait l'expérience, au bout de quelques mètres de film.  Elmo a fini par admettre, pour le marché américain, ce goût du super-perfectionnement.  L'elmo Super 110 peut filmer à la cadence de 50 images seconde, avec ou sans son dispositif d'alimentation supplémentaire.  Le ralenti qui en résulte, en conjuguant la grande vitesse de prise de vue, et la vitesse de projection la plus faible, correspond à la multiplication de la durée par 12.  Le zoom 10 fois de l'Elmo Super 110 a pour focale la plus petite : 7 mm.  C'est donc un véritable grand angle, et la Super 110 entre alors à l'époque dans l'infime catégorie des caméras munies d'un tel objectif.  Il faut 7 secondes à sa commande électrique pour couvrir l'ensemble des focales disponibles.  Le zoom se commande depuis le côté droit de la caméra, soit du bout de l'index, soit avec la paume de la main.  L'objectif de l'Elmo super 10 est doté d'un système permettant la prise de vues "macro".  Après avoir tourné à fond la bague du zoom jusqu'à la plus grande focale, il suffit de presser le bouton rouge placé sur la bague, puis revenir doucement à la focale 7 mm, pour obtenir le meilleur rapport.  Une telle manœuvre permet d'opérer à une distance minimum de 14 cm à partir de la surface frontale de l'objectif.  Une particularité très importante de l'Elmo Super 110 est la nouvelle régulation électronique des vitesses de défilement, qui restent  constantes quelle que soit l'usure des piles.  Une autre caractéristique de cette caméra est la position et la dimension de la plage de mesure CDS/TTL.  Le réglage par cellule est automatique, et, après débrayage de cet automatisme, l'ouverture est ajustable manuellement par contrôle direct dans le viseur.  Il n'est pas prévu sur la Super 110 de réglage pour la prise de vue en contre-jour : la cellule effectue sa mesure sur un petit losange horizontal de faible hauteur, en haut de la moitié inférieure de l'image, quelle que soit la focale utilisée  (Le Cinéma amateur, n° 118 - pub consacrée à la caméra Elmo Super 110)